A mon ami, Georges le Rouge

Georges était un révolutionnaire.
A la lutte, pourtant sans partenaire.
Virevoltant d’une branche à l’autre,
Vivant, tu étais l’un des nôtres.

Georges, tu as maintenant l’œil noir.
Éteint, je t’ai vu allongé sur le trottoir.
Tu étais toujours à l’affut d’un ver,
Recyclage infini, tu retournes à la terre.

Quelques mots pour un oiseau, un beau Rougegorge familier (Erithacus rubecula) vu ce matin entre mes pas. Trop pressé pour lui souhaiter bon vent, je le fais ici et maintenant.

  • 67
  •  
  •  
  •  
    67
    Partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

6 commentaires sur “A mon ami, Georges le Rouge”