Mon sac à dos photo

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, je voulais vous décrire mon sac à dos photo. Je le porte pendant mes randonnées à la rencontre de Dame Nature. C’est un fidèle compagnon depuis six mois maintenant et que j’ai soigneusement choisi !

Le pourquoi du comment de mon sac à dos photo

Lowepro Flipside 400 AWMa pratique de la photographie animalière est dynamique, je ne pratique pas (… encore …) l’affût. Car ancien sportif (arrêt sur blessure), j’ai encore besoin de me faire un peu mal physiquement. Ainsi, cela me permet d’en baver dans les montées et de transpirer comme à la bonne époque 😉

Quand je pars en randonnée, au contraire de la cigale, je n’aime pas être dépourvu alors j’ai tendance à tout prendre 😉

Ainsi dans mon sac, il doit tout y avoir : mon reflex, mes trois objectifs avec leur bouchon respectif pour les protéger en cas de changement, une batterie et une carte SD supplémentaires, un lenspen pour le nettoyage des lentilles des objectifs. Je fais régulièrement des randonnées de plusieurs heures, aussi, il me faut aussi caser une poche à eau, mon portefeuille et quelques trucs à grignoter.

En plus de ces éléments, l’un de mes objectifs est un téléobjectif assez imposant. Il fallait que je puisse le rentrer dans le sac à dos déjà monté sur le reflex car c’est le configuration que j’utilise évidemment le plus.

Et bien, croyez-moi quand je vous dis que cela limite considérablement le choix du sac surtout avec un budget limité (100€). C’est pourquoi j’ai choisi le Lowepro Flipside 400 AW.

C’est du Lowepro donc niveau solidité rien à dire, niveau rangement aussi. En plus les sangles sont bien rembourrées et confortables (au niveau des hanches et du torse). Et ceci est très important quand il faut porter le sac pendant des heures et des heures.

De plus, le système Flipside permet de prendre et de ranger son matériel sans avoir à poser le sac ! Bon, il faut prendre le coup mais, une fois cela fait, ça marche bien ! Ce système est aussi un excellent système anti-vol car avec ce sac à dos sur le dos, impossible pour quelqu’un de mal-intentionné d’avoir accès à votre reflex 🙂

Prêt pour la balade !

Il y a aussi des liens tout autour du sac pour apporter avec soi son trépied. Personnellement, je ne les utilise pas.

Enfin, le sac contient une protection pluie contenue dessous, très pratique et bien faite. En cas de pluie imprévue, c’est très appréciable de savoir son matériel à l’abri de l’eau !

Dans les poches filet de chaque côté, je mets de quoi manger. Et dans le rangement de devant, j’y glisse la poche à eau (préalablement mise dans un sac plastique pour minimiser d’éventuelles fuites …), le portefeuille, la batterie, le lenspen et la carte SD. Tout cela est bien rangé dans des pochettes prévues à cet effet. Dans cet espace de rangement, il y a aussi un crochet pour bien sécuriser le transport des clés de maison !

Dans mon dos, il y a tout le matériel photographique. Pour celui-ci, je vous ferai une revue plus tard sur le pourquoi du comment j’ai choisi chaque élément. Toutefois, dans ce compartiment, il y a suffisamment de cloisons amovibles via velcro pour bien agencer son matériel. Un point à savoir pour bien positionner vos objectifs : il faut toujours positionner la lentille frontale vers le bas et la partie connectique vers le haut car cette dernière est la plus fragile.

Ainsi, le sac à dos devient votre sac à dos puisque le compartiment de dos est conforme à vos besoins !

Pour les points d’amélioration, j’en vois un gros avec l’ajout d’au moins une petite poche sur la ceinture ventrale (comme cela existe sur les sacs à dos orientés trail). Cela permettrait de caser la batterie et la carte SD supplémentaires, un peu de nourriture pour un accès rapide.

Poche à eau

Poche à eauConcernant la poche à eau, j’ai choisi le modèle 2 litres de chez Décathlon. C’est une capacité suffisante pour la randonnée et elle est très facilement nettoyable avec sa large ouverture sur le dessus.

Pendant que j’y suis, une petite astuce pour le remplissage de la poche à eau afin qu’elle prenne un espace minimal et que l’eau ne “ballotte” pas dans le dos. Une fois la poche remplie d’eau :

  1. Fermer la poche ;
  2. Retourner-la ;
  3. Soufflez dans le tube pour évacuer l’eau présente dans ce tube ;
  4. Aspirer l’air présent dans la poche ;
  5. Fermer le tube quand il n’y a plus d’air et remettre la poche dans sa position nominale.

Ainsi, la poche à eau est bien compacte et n’a plus d’air dedans. L’eau ne “ballottera” donc pas 🙂

Finalement, au total, le poids du sac atteint 7kg avec l’eau ! Et oui, les photographes animaliers sont des sportifs accomplis 😉

  •  
  •  
  •