Mon équipement photo

Dans cet article, je souhaite vous présenter l’équipement photo que j’utilise. Celui-ci a été mûrement réfléchi en fonction du rapport qualité-prix de chacun des éléments. Ainsi pour ces derniers, je donnerai les points positifs et négatifs de chacun, en espérant que cela aidera quelques-unes ou quelques-uns dans leur propre choix. En effet, le choix d’un matériel photographique n’est pas anodin à la vue des prix pratiqués. D’ailleurs, j’encourage fortement à toujours regarder le marché de l’occasion. En effet, les photographes sont généralement des personnes qui prennent grand soin de leur équipement photo.

L’équipement photo optique

Nikon D5300

Voici les points positifs du Nikon D5300 :
  • Capteur APS-C : intéressant pour l’animalier et l’approche (“crop factor” de 1.5) ;
  • WIFI : pratique pour le partage de photo ;
  • GPS ;
  • Intervallomètre inclus logiciellement ;
  • Possibilité de dissocier l’autofocus de la mesure de lumière ;
  • L’écran orientable qui me permet de le protéger en randonnée car toujours en position fermée.
Les points négatifs :
  • Construction un peu légère surtout avec un objectif lourd ;
  • Le mode rafale largement insuffisant (je veux le D500 !!!).

Sigma 17-50 f/2.8 DC OS HSM EX

Il a été choisi en remplacement du 18-55 vendu avec le reflex, car ce dernier était trop peu lumineux et avec un autofocus vraiment lent.
Les points positifs de cet objectif sont :
  • Grande ouverture constante de 17mm à 50mm ;
  • Utilisable pour la photo de « tous les jours », voire plus comme la photo de la Voie Lactée ;
  • Pas trop lourd et bien construit.
Les points négatifs :
  • Un autofocus pas encore assez véloce (surtout quand on a une jeune enfant !).

Sigma 105 f/2.8 DC OS HSM EX Macro

J’ai choisi cet objectif car la longue focale de 105mm permet de s’éloigner des insectes. La distance permet aussi de ne pas les stresser, voire de ne pas les faire fuir … Enfin, cet objectif a une excellente presse et fait l’unanimité parmi ses utilisateurs.
Les points positifs :
  • Rapport 1:1 : 1cm réel = 1cm sur le capteur ;
  • Construction solide ;
  • Piqué excellent dès la pleine ouverture ;
  • Grande ouverture pour des flous superbes et l’isolation du sujet ;
  • Possibilité de l’utiliser dans le portrait grâce à son très bon piqué et à sa grande ouverture intrinsèque ;
  • Autofocus très bon mais pour faire de la macro, il est recommandé de faire la mise au point manuellement.
Les points négatifs :
  • Plus on se rapproche du rapport de grandissement 1:1, plus la valeur d’ouverture maximale diminue … ainsi à 1:1, ce n’est plus f/2.8 mais f/5.6. Ce n’est pas forcément très grave mais il faut le savoir ;
  • Pare-soleil très long que je ne mets, de ce fait, jamais pour ainsi éviter d’être trop prêt des insectes pris en photo.

Sigma 150-600 f5-6.3 DG OS HSM Contemporary

Comme premier télé-objectif, j’avais un Nikon 55-300 acheté d’occasion. Il était en excellent état et je l’ai revendu en occasion aussi d’ailleurs. Pour de l’occasionnel, il est sympa mais si on veut de la photo qualitative, c’est impossible, le piqué était franchement mou et l’autofocus lent.
Après avoir discuté sur les forums, épluchés de nombreux articles et tests, j’ai jeté mon dévolu sur ce Sigma 150-600 Contemporary pour les raisons suivantes :
  • Un intervalle de longueurs focales très intéressantes avec un maximum équivalent à 900mm !
  • Bon piqué dès la pleine ouverture ;
  • Un poids raisonnable à la vue de la taille de la bête ;
  • Une construction solide même si j’ai de suite protégé ce bel engin avec du néoprène pour éviter les rayures et les salissures ;
  • Un autofocus surprenant de rapidité ;
  • Une stabilisation au top aussi. Il m’est arrivé de réussir des clichés au 60ème de seconde à main levée !
  • La possibilité de paramétrer de mode “Custom” très utile dans le cas d’affûts en contraignant l’autofocus entre 5m et 10m par exemple.
Les points négatifs pour moi sont :
  • Très faible ouverture mais c’est le jeu car pour le même prix, au mieux, il n’est possible que d’avoir un 300mm ouvrant à f/4 ;
  • L’achat du dock Sigma quasi obligatoire pour les micro-réglages. Ces derniers sont pénibles au possible surtout quand il s’agit de corriger l’autofocus.

Tokina 11-20 f/2.8 ATX PRO

Tokina 11-20

Depuis mon enfance, je suis fasciné par les étoiles et l’Univers. Quand la météo le permet, j’aime faire des photographies de paysage nocturne. J’ai donc complété mon équipement photo avec cet objectif pour en réaliser et voici ses qualités :

  • Objectif lumineux ;
  • Ouverture constante à pleine ouverture de f/2.8 sur toute la gamme de focales ;
  • Bon piqué même sur les bords à pleine ouverture ;
  • Le zoom de 11 à 20mm. Il n’y a donc pas de « trous » de focales avec le Sigma 17-50 présenté plus haut.

Par contre :

  • J’aimerai que cela soit plus lumineux. Tous les photons sont importants en photographie nocturne 😉 ;
  • J’aurai aimé avoir un objectif sans autofocus pour faire baisser le prix. En effet, avec de telles focales, la zone de netteté est toujours très grande !

L’équipement photo accessoire

Les trépieds

Rollei C5i

Rollei C5-i

Devant les temps de pose nécessaire aux photographies de paysage nocturne, un trépied est obligatoire.

J’ai posé mon dévolu sur ce modèle car il possède :

  • Un rapport qualité-prix très intéressant ;
  • Une légèreté car en aluminium ;
  • Une taille très petite une fois replié tout en pouvant être très grand en utilisation ;
  • Une colonne centrale réversible qui peut être intéressante en macro ;
  • Un monopode intégré ;
  • Un niveau à bulle intégré à la rotule.

Pour l’instant, je ne lui ai pas vu d’inconvénients ! Pour en savoir plus sur la réalisation de photographies nocturnes, n’hésitez pas à lire cet article.

Manfrotto MTPIXIEVO

Manfrotto MTPIXIEVO

Suite à une vidéo de la chaîne Mon Petit Reflex qui présentait ce petit trépied, j’avais trouvé le concept très intéressant pour la macrophotographie. En effet, dans le cadre de la photographie de champignons par exemple, il est utile d’avoir un trépied car ils ont tendance à pousser dans des milieux sombres.

Je trouve à ce trépied les avantages suivants :

  • Sa compacité et sa légèreté qui permettent de l’emporter partout ;
  • Les nombreux réglages possibles des pieds et de la rotule ;
  • Le blocage très facile par une molette du reflex ;
  • La qualité Manfrotto.

Mais il présente quelques désavantages :

  • Sa légèreté qui oblige à positionner un équipement léger. Ainsi le reflex couplé au Sigma 105 macro est la limite supérieure. Dans certaines positions, l’ensemble est déjà instable ;
  • Malgré sa petite taille, il ne permet pas de positionner l’appareil photo au ras du sol.

Une télécommande

Quand l’appareil photo est vissé sur un trépied, il est préférable d’utiliser une télécommande. En effet, l’utilisation d’un trépied permet une stabilité à toute épreuve, alors autant pousser le truc jusqu’au bout. La télécommande permet de ne pas toucher le reflex lors de la prise de la photo. Ainsi, l’ensemble ne bouge pas en appuyant sur le déclencheur. Dans ce but,  j’utilise une réplique de la télécommande Nikon dont le prix est vingt fois moins cher et qui fonctionne très bien !

Si vous avez des questions concernant cet équipement photo, n’hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire plus bas, je me ferai un plaisir de vous répondre 🙂

  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

8 commentaires sur “Mon équipement photo”